Football on Lemnos

first_img Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagram One of the possible Centenary of Anzac 2015 events that could be held would be a symbolic re-creation of the Anzac Association Football (they referred to it as soccer then) games on Lemnos in October and December 1915.All sorts of sports were played by the Anzacs in WW1 – rugby, cricket, tennis, Australian Rules football. There is evidence that Australian Rules and rugby were played on Lemnos in 1915 but Association Football is the only sport played on Lemnos for which we have documentary and photographic evidence.There are three photographs kept by the Australian War Memorial relating to football on Lemnos in 1915, all relating to the Anzacs.The first is a photograph of British sailors arriving at Sarpi Camp for a football game in October 1915, with the Australians we presume, given that Sarpi was the principal Anzac rest camp on Lemnos in 1915.There are two other later photographs of a game being played between the sailors of the Royal Navy’s HMS Hunter and Anzacs of the 6th Battalion in December 1915. This was held as the evacuation of the peninsula was underway, the disastrous Gallipoli campaign coming to its end.I have been unable to find any documents stating the results of these matches.It is possible that the dates are wrong and that the photographs all relate to a single game played on December 25, 1915, as part of the Christmas celebrations on the island.Lance Corporal William Dalton Lycett did record in his diary that his Unit (the 4th Field Ambulance) played Association Football against a team from the Royal Scots Territorials on Thursday 23rd December 1915. As he writes, “we got beat 6 goals to 0”.*Jim Claven is a historian and secretary of Melbourne-based Lemnos Gallipoli Commemorative Committee.last_img read more

Papa Stratis dies age 57

first_imgFather Efstratios Dimou, or Papa Stratis as he was known on the Greek island of Lesvos, died on Wednesday after slipping into a coma.The Greek Orthodox priest who launched the set up of the charity Agkalia (Embrace) in 2009, a NGO organisation helping refugees on the island.Papa Stratis had been permanently connected to an oxygen tank that supplied oxygen directly to his lungs as he suffered from pulmonary fibrosis, obstructive lung disease and sleep apnea.Despite his critical condition, with the help of the locals, he had been at the forefront of humanitarian charity in the area since 2007. Agkalia has been providing refugees with clothing, food, water and a place to sleep over the last few years and Papa Stratis would always be there eager to assist even whilst connected to an oxygen tank,“As long as we are useful on earth, God will keep us alive,” the priest would say.In one of his latest interviews for the United Nations refugee agency UNHCR Papa Stratis was worried the the constant migrant influx would soon exceed the organisation’s capacity.He was right. According to Frontex, the European Union border agency, nearly 25,000 migrants arrived on the Greek islands by sea the last few days, and many more left their last breath in the Aegean waters.“These people are not migrants, they do not choose to come here,” the 57-year-old priest told the UNHCR.“They are children of war, fleeing bullets. They are life-seekers, they search for life, hope and the chance to live another day.”Source: Kathimerini Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagramlast_img read more

Una Faccia Una Razza

first_imgAlthough its origins and authenticity is disputed, the saying “una faccia una razza” (very popular in Greece after the war) has been proven to be correct, at least when it comes to Greek and Italian populations massively migrating to Australia. Both countries were struggling to rebuild themselves in the ’50s – which led to the massive wave of migration. Half a century later, both populations have become vital parts of the broader community – especially in Melbourne, they are both pillars of society – and the derogatory term ‘wog’ is now a thing of the past. As for the motherlands, they have both felt the impact of the Global Financial Crisis and are struggling to cope since, facing high unemployment and political instability – with Greece being in a significantly worse state. Hence a new wave of migration. And although the surge of Greek migration  to Australia since 2010 has been well documented, amounting to more than 8000 new migrants arriving in Victoria in the first four years, less has been known about the respective migratory wave from Italy. Italians account for no more than the 1.5 percent of the overall number of Temporary visa recipients between 2004 and 2015, 40.7 per cent of which were working holiday visas and 24.3 per cent visitor visas. In terms of the broader Australia Migration Program, of the 1,832,548 visas granted, only 8,711 were granted to Italians (42,4% of them being Partner Visas). Employer-sponsored migrants was the second-largest group (37%), while the third largest group were those applying for a skilled independent visa (9.1%).As it happened with the new wave of immigration from Greece, new migrants from italy are mostly highly educated and cover a broad age range from 18 to 40. Many of them are facing a stark reality, upon arriving. According to the ABC’s Four Corners program, “gangs of black market workers run by unscrupulous labour hire contractors operating on farms and in factories around the country” that included new Italian arrivals as its victims. More recently, a Senate report, A National Disgrace: The Exploitation of Temporary Work Visa Holders focused on this particular situation. It is believed that up to 40% of new migrants from Italy have been exploited at work, an experience that adds to their disillusionment. Another factor that is cause for complains is the difficulty they face throughout the process of applying for a visa. Italians complain of lengthy and complex process, unclear and conflicting information by the Department of Immigration and Border Prodection and failure of the government to recognise professional qualifications, especially in the field of architecture, nursing and engineering.  Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagramlast_img read more

Mikis Theodorakis recuperating after surgery

first_imgGreek composer Mikis Theodorakis, aged 94, has undergone surgery in Athens. He had a pacemaker installed on Friday following heart problems.A hospital statement said that he is recuperating.The composer is best known for his score for “Zorba the Greek”, however he also wrote the score for “Z” and “Serpico”. He composed the “Mauthausen Trilogy” also known as “The Ballad of Mauthausen”, which has been described as the “most beautiful musical work ever written about the Holocaust” and possibly his best work. He is viewed as Greece’s best-known living composer and was awarded the Lenin Peace Prize.He is also widely known for his role in the resistance during Greece’s dictatorship from 1967 to 1974.Despite his age and ailing health, he is still vocal and active in public affairs. In January, he addressed a rally against the Prespes agreement that puts an end to the name dispute with neighbouring North Macedonia. Facebook Twitter: @NeosKosmos Instagramlast_img read more

Apple en très grande forme pour le second trimestre 2010

first_imgApple en très grande forme pour le second trimestre 2010États-Unis – Apple vient d’annoncer ses résultats financiers pour le deuxième trimestre 2010. Avec plus de 3 milliards de bénéfices, le géant américain ne connaît pas la crise.Apple bénéficie aujourd’hui de valeurs sures comme l’iPhone, ou montantes à l’image de l’iPad. Le smartphone a pour sa part vu ses ventes exploser avec une augmentation de 131% par rapport à l’année dernière sur la même période. 8,75 millions d’unités ont ainsi été écoulées.À lire aussiLes applications pour entraîner son cerveau sont-elles vraiment efficaces ? Si l’iPod stagne (-1% avec 10,89 millions de ventes), les Mac ont eux-aussi enregistré un très bon résultat : 2,94 millions d’appareils vendus, soit une hausse de 33%. Ces résultats poussent la firme à la pomme vers un nouveau record, en augmentant de 90% le bénéfice net trimestriel (3,074 milliards de dollars). En bourse, l’action s’échange désormais à 264 dollars, un niveau jamais atteint par la firme américaine. “Nous sommes ravis d’annoncer le meilleur trimestre que nous ayons jamais connu en dehors de la période des fêtes” a commenté son PDG, Steve JobsLe 21 avril 2010 à 11:15 • Emmanuel Perrinlast_img read more

Un ancêtre de Lucy découvert en Ethiopie il était probablement bipède

first_imgUn ancêtre de Lucy découvert en Ethiopie : il était probablement bipèdeÉthiopie – Un squelette d’hominidé a été découvert en Éthiopie. Il s’agirait d’un ancêtre de Lucy, capable de marcher sur ses deux jambes selon les scientifiques. Les anthropologues se sont longtemps demandés si Lucy était bipède ou non. Lucy fait partie de la lignée des Australopithecus afarensis. Son squelette, complet à 40%, a été découvert en 1974 en Éthiopie et est vieux d’environ 3,2 millions d’années. Le squelette découvert récemment, appelé Kadanuumuu, apporte des éléments de réponse. En effet, il est fort probable que cet Australopithecus afarensis se déplaçait grâce à ses deux jambes uniquement.Bien que plus vieux que Lucy de 400.000 ans, il possédait des épaules et de longues jambes, proches au niveau des proportions de celles de l’Homme moderne et n’avait pas besoin de ses bras pour se déplacer, il était donc très probablement bipède.Le squelette découvert est très complet, il contient pratiquement les mêmes os que ceux de Lucy ainsi que les côtes et une omoplate presque complète. Il permettra certainement d’en apprendre davantage sur l’origine de la bipédie humaine. Le 27 juin 2010 à 10:48 • Emmanuel Perrinlast_img read more

Des champignons responsables de la déforestation dil y a 250 millions dannées

first_imgDes champignons responsables de la déforestation d’il y a 250 millions d’années ?Selon des chercheurs américains, la disparition des arbres, il y a 250 millions d’années, a été accélérée par la propagation de champignons pathogènes appartenant à la famille des Rhizoctonia.Il y a 250 millions d’années, il n’existait qu’un seul continent : la Pangée. Mais à cette période, la Terre a connu la plus grande extinction d’espèces de toute son histoire avec la perte de 95%  des espèces marines et de 70% des espèces terrestres. Les arbres n’ont pas été épargnés et en particulier les conifères qui se tenaient sur la Pangée et qui ont finalement été remplacés par des lycopodes, plantes vertes parentes des mousses et par des fougères à graines. Les conifères, notamment les sapins, ne sont ensuite réapparus que quatre à cinq millions d’années plus tard.À lire aussiLes tamanoirs, des animaux plus dangereux qu’ils n’en ont l’airLes paléontologues attribuent cette extinction à de très importants mouvements tectoniques et à l’apparition conjointe d’un volcanisme intense qui a modifié le climat de l’ensemble de la planète. Mais ces phénomènes pourraient bien ne pas être les seuls responsables. En effet, des chercheurs de l’Université de Californie viennent de publier dans la revue Geology, une étude mettant en évidence que la disparition des arbres a été accélérée par la prolifération importante de champignons pathogènes. Ces Rhizoctonia ont en effet été retrouvés en très grand nombre, en tant que microfossiles, dans des échantillons de l’époque, rapporte Sciences et avenir.Les arbres affaiblis par le stress environnementalLes auteurs de l’étude expliquent ainsi que “les champignons pathogènes sont des éléments importants de tous les écosystèmes forestiers. Quand une forêt entière est affaiblie par des facteurs de stress environnementaux les maladies fongiques peuvent entraîner une mortalité des arbres de grande envergure”. Les chercheurs mettent donc également en garde contre le réchauffement climatique actuel qui serait lui aussi en mesure d’entraîner une importante augmentation du nombre d’agents pathogènes dans le sol. Ce qui pourrait dévaster les forêts, déjà touchées par la hausse des températures et la pollution.Le 9 août 2011 à 11:12 • Maxime Lambertlast_img read more

Teotronica le robot mélomane

first_imgTeotronica, le robot mélomaneFruit d’un travail de 4 ans, voici Teotronica, un robot pianiste spectaculaire, capable de jouer du Mozart avec une facilité déconcertante.Matteo Suzzi peut être fier. Son robot, Teotronica, joue un menuet sans l’ombre d’une erreur. Le secret de ce pianiste électronique ? Ses 19 doigts, dont le nombre n’est pas un hasard, comme le souligne son inventeur : “Il s’agit du nombre parfait pour couvrir le clavier et y jouer une mélodie, ou une chanson”. L’inventeur italien (d’Imola, pour être précis) de 34 ans explique également que Teotronica joue plus rapidement et plus précisément qu’un être humain.À lire aussiDes chercheurs mettent au point un mini-guépard robotique capable de faire un salto arrière (Vidéo)Il a coûté aux environ de 3.500 euros, et a nécessité 4 années de travail. Sa main gauche joue les notes les plus basses, avec le double du nombre de doigts, et la droite les lignes plus aiguës, avec quatre extrémités supplémentaires.Mais Teotronica n’arrête pas sa partition à la simple fonction de pianiste, il chante aussi, et, grâce à la reconnaissance vocale, interagit avec son audience.Maxisciences vous propose de découvrir cet étonnant robot en plein “concert” en vidéo. Le 18 octobre 2011 à 11:44 • Maxime Lambertlast_img read more

Catastrophes naturelles les télécommunications ont un rôle majeur à jouer

first_imgCatastrophes naturelles : les télécommunications ont un rôle majeur à jouerRéunis à Genève le 27 octobre, les ministres chargés des technologies de l’information et de la communication (TIC) ont insisté sur le rôle que peuvent et doivent jouer ces dernières lors de catastrophes naturelles. Les télécommunications modernes peuvent sauver des vies, ont-ils martelé.L’année 2001 fut marquée par une succession de catastrophes naturelles de grande ampleur et particulièrement meurtrières. Mais avec le changement climatique, elles se feront de plus en plus nombreuses et dévastatrices, alertent les chercheurs. “L’an passé, les catastrophes naturelles allant des sécheresses aux éruptions volcaniques ont tué et blessé plus d’un million de personnes dans le monde”, a rappelé Brahima Sanou, membre de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), lors d’un congrès qui s’est achevé jeudi à Genève. Les TIC ont un rôle majeur à jouer dans la prévention et la gestion de ces catastrophes, a-t-il souligné. “Il incombe aux gouvernements et aux institutions internationales d’oeuvrer de concert à trouver des solutions pour atténuer la souffrance et réduire l’impact des catastrophes et les TIC jouent un rôle primordial en matière de préparation mais également d’information sur la manière dont il faut y réagir”, a également insisté Saeed Ahmad Khan, vice-ministre en charge des TIC au Pakistan. Et de rappeler qu’en 2005, suite au tremblement de terre qui a frappé le Cachemire, “l’infrastructure que nous avons choisie de remettre en état en priorité était celle des TIC”, parce que c’est grâce à elles que les autres peuvent l’être.Ruhakana Rugunda, le ministre ougandais, a quant à lui rappelé que les glissements de terrain qui ont frappé l’Ouganda en 2007 ont dévasté le système de communication du pays, bloquant alors l’arrivée des secouristes. Suite à cette catastrophe, le pays a acquis avec le soutien de l’UIT un système de communication par satellite pour les cas d’urgence.Des progrès constatés plusieurs fois dans le monde Avant même l’organisation des secours, les télécommunications ont un rôle primordial à jouer dans la prévention des catastrophes naturelles, via notamment les systèmes informatiques de prévisions météorologiques. “Nous avons constaté des progrès dans différentes régions du monde et nous sommes convaincus qu’elles pourraient nous être utiles”, a souligné le Sénateur en charge des TIC aux îles Grenades, Arley Gill. Et d’insister sur la nécessité de “partager la technologie car le développement économique ne doit pas être discriminatoire en ce domaine: sauver des vies humaines”.Le 28 octobre 2011 à 13:39 • Maxime Lambertlast_img read more

LHimalaya un lieu idéal pour lénergie solaire

first_imgL’Himalaya, un lieu idéal pour l’énergie solaire Si l’on imagine plus aisément des fermes solaires dans la chaleur du désert, les montagnes enneigées de l’Himalaya pourraient offrir une plus grande quantité d’énergie issue de panneaux photovoltaïques. Des chercheurs affirment en effet que l’Himalaya, comme les Andes, offrent certains des plus hauts niveaux de luminosité solaire. Et si l’Himalaya devenait l’Arabie Saoudite de l’énergie solaire, s’interroge le New Scientist. Le site de la revue scientifique rapporte en effet une étude selon laquelle les panneaux solaires seraient plus efficaces s’ils étaient installés sur de hauts sommets enneigés, tels ceux de l’Himalaya ou des Andes, plutôt que dans les déserts chauds et ensoleillés d’Afrique.À lire aussiLiter of Light, d’étonnantes lampes faites de bouteilles pour apporter la lumière aux habitants sans électricitéKotaro Kawajiri, un chercheur de l’Institut de Technologie du Massachusetts, a cartographié avec l’aide de scientifiques japonais l’irradiance solaire à travers la planète. Ils ont alors constaté que l’Himalaya et les Andes comptaient parmi les régions recevant le plus d’énergie solaire. En altitude en effet, moins de lumière se perd dans l’atmosphère. En outre, à des températures atteignant environ 40°C, 13% de l’énergie produite par des panneaux solaires est perdue en chaleur, soulignent les chercheurs. L’air froid de haute altitude en revanche, garde les panneaux frais et efficaces, explique Kotaro Kawajiri.Développer l’énergie solaire dans des régions au climat froid apparaît aux yeux de Keith Barnham (lien non disponible) , un chercheur en photovoltaïque de l’Imperial College de Londres, comme une réelle perspective d’avenir. “Il y a beaucoup de régions sous-développées et les communautés vivant en altitude, dans les contreforts de l’Himalaya, pourraient largement bénéficier de l’énergie solaire” estime-t-il.Le 13 novembre 2011 à 14:36 • Maxime Lambertlast_img read more